Sortir du triangle Victime-Bourreau-Sauveur

Publié le 21 Juillet 2015

Sortir du triangle Victime-Bourreau-Sauveur

De nos jours plusieurs personnes se sentent tellement victimes au travail, dans leurs relations, dans leur corps, qu’il leur arrive d’en tomber malade. Voici comment le psychologue Stephen Karpman a illustré la dynamique dans laquelle nous nous retrouvons lorsque nous nous sentons victime.

 

 

Sortir du triangle Victime-Bourreau-Sauveur

La victime se trouve dans un triangle dramatique. Elle se perçoit comme le héros du drame et voit la vie comme quelque chose qui lui arrive et face à laquelle elle est à la merci de forces extérieures.

Ce triangle aide à comprendre pourquoi il nous arrive de nous sentir impuissants et dépourvus.

On peut passer énormément de temps dans cette dynamique.

Dans les yeux de la victime, il y a deux catégories de personnes : les bourreaux et les sauveurs.

Le bourreau peut être une autre personne mais ce peut être aussi une situation comme une perte d’emploi ou un problème où on se sent traité avec injustice. Ce peut être un évènement, comme la mort d’un être cher. Pour certains, même la température peut être un bourreau!

Le sauveur, c’est quelqu’un qui prend la situation en main et s’en occupe à notre place. Dans la position de victime, nous abandonnons notre pouvoir à quelqu’un ou à quelque chose d’autre que nous.

Il nous arrive tous d’être victime ou de nous sentir victime. Nous n’avons pas de pouvoir sur les agissements des autres ni sur toutes les situations

 Une chose sur laquelle nous avons du pouvoir, c’est notre réaction.

Pour rester en santé et pour vibrer personnellement et professionnellement, il est crucial d’adopter une position plus dynamique.

Un coach américain nommé David Emerald a proposé une alternative intéressante. Il a illustré comment passer du triangle dramatique au triangle dynamique (empowerment) pour faire prendre un tournant positif à notre vie et à nos relations.

Sortir du triangle Victime-Bourreau-Sauveur

Ce triangle est dynamique, parce qu’il nous invite à prendre la position de créateur de notre vie.

Le créateur se perçoit comme un être en devenir et voit les difficultés et problèmes comme des défis (challenges) à relever pour développer ses forces, acquérir de nouvelles compétences, forger son caractère et avancer dans sa vie.

Ce triangle nous indique que nous pouvons reprendre notre vie en main.

Lorsque nous réalisons que nous participons à la création de ce qui nous arrive, les problèmes deviennent des « challengers », c’est-à-dire des occasions d’apprentissage et de développement.

Cela ne veut pas dire que nous soyons automatiquement capables de tout résoudre par nous-mêmes. Au besoin, nous faisons appel à un coach, c’est-à-dire à une personne qui nous soutient durant la période de transition vers ce que nous voulons créer.

La grande différence entre la mentalité de victime et la mentalité de créateur, ce n’est pas la quantité de situations difficiles auxquelles on aura à faire face, c’est que le créateur prend la responsabilité de sa vie alors que la victime abandonne cette responsabilité

. Dans la position de victimes nous souffrons. Pourtant, elle prédomine dans l’humanité depuis des millénaires. Heureusement, nous avons la chance aujourd’hui de commencer à prendre la position du créateur que nous sommes.

Personne ne réussit à tout changer instantanément. Les changements se font graduellement. Ça vaut la peine de s’engager dans l’action et de se faire aider pour utiliser les obstacles comme des tremplins vers de nouvelles façons de penser, plutôt que de les voir comme des freins ou s’en servir comme excuses pour baisser les bras et abandonner

. À ceux et celles d’entre vous qui ont le goût d’amorcer ou de poursuivre la transition vers la mentalité du créateur, je fais le cadeau des deux premières questions que je pose à mes coachés :

« Qu’est-ce qui ne te convient pas dans la situation actuelle?»

« Qu’est-ce que tu veux créer à la place de cela?"

Vous venez de faire deux pas importants en répondant à ces questions.

Sachant ce que vous voulez créer, vous allez trouver plus facilement les actions à faire pour opérer le changement désiré. S’engager dans ce changement est un choix personnel et personne ne peut vous l’imposer de l’extérieur car cela vous ramènerait à la position de victime.

Je vous assure que c’est un choix créateur de mieux-être, mais la décision vous appartient.

C’est votre vie, rendez-la belle!

Aline Tardif

http://lasolutionestenvous.com/sortir-du-triangle-victime-bourreau-sauveur/

Rédigé par Les Aventures d'une apprentie médium

Publié dans #Cogitations

Repost 0
Commenter cet article