J'aime mon corps

Publié le 23 Juillet 2015

J'aime mon corps
J'aime mon corps

Comment vous sentez-vous en lisant ce titre? Comment vous sentez-vous lorsque vous êtes en compagnie d’une personne qui vous dit aimer son corps? Comment vous sentez-vous si moi je vous dis que j’aime mon corps? Est-ce que vous me jugez en disant “on sait bien, elle a…” ou encore “mais pourtant elle n’est pas parfaite, elle a…” ?

 

Ça peut paraitre bizarre dans une société où l’on juge tellement et où on encourage la critique du physique, de dire qu’on aime son corps et qu’on est bien dans sa peau. Eh bien moi, je l’aime mon corps ! Il n’est pas parfait, mais il est toujours là pour me servir. J’apprécie ce qu’il fait pour moi, j’apprécie sa force car je sais qu’il fut un temps où il était frêle et faible et quand j’y repense, même lorsqu’il était comme ça, je l’aimais mon corps. Malgré les nombreux commentaires du genre “T’es bien maigre”, moi je savais que c’était mon état naturel et que je n’avais pas à essayer d’être autrement

 

. J’ai été attirée par l’entrainement et le yoga car je dormais très mal. Je recherchais plus de bien-être dans ma vie et bouger a fonctionné pour moi. En m’entrainant plus et en faisant plus de yoga, mon corps a changé, je suis devenue forte comme jamais et j’en suis donc bien fière! Des muscles sont apparus sur mon corps et bien souvent mes amis ou ma famille me faisaient remarquer le changement. C’était cool de voir mon corps s’adapter à mon mode de vie. Pour être franche, je n’ai jamais regardé la grosseur de mes cuisses, ni compté le nombre de plis sur mon ventre quand je suis assise ou encore la longueur de mes bras. Tout ce que je sais, c’est que mes jambes me supportent dans mes guerriers* et mes abdominaux me permettent de tenter des postures comme les headstands* et d’avoir un meilleur équilibre.

 

En tant que prof de yoga, je prends souvent des photos sous des angles qui, permettez-moi de vous dire, ne sont pas toujours flatteurs. Pourtant lorsque je regarde mes photos, je m’assure que l’alignement soit bon, que j’aie un sourire sympa au visage et je me fiche bien du reste. Si les gens ne reconnaissent pas que le corps n’est qu’un véhicule pour l’âme et qu’il s’arrête là plutôt que de creuser plus et d’apprendre à me connaître, c’est leur problème. Être prof de yoga ou entraineur ne devrait pas avoir une étiquette au niveau de l’apparence. Il est possible, même probable, d’être en bonne santé et de prendre soin de son corps avec amour sans nécessairement être une taille zéro. Vous pouvez être en bonne santé sans avoir l’air d’un mannequin. Et ça devrait être acclamé, pourtant quand on est à l’aise avec son corps imparfait, ça rend les gens inconfortables?

 

Vous vous dites peut-être “mais pourquoi racontes-tu ça Virginie?” Et bien parce que dernièrement j’ai passé du temps avec quelqu’un qui n’aimait clairement pas son corps et j’ai trouvé ça dommage, même triste ! Pour être honnête, je trouve que c’est une perte de temps de parler de ses imperfections physiques alors qu’il y a tant à accomplir dans ce monde. Ça sert à quoi de regarder des photos de soi en critiquant son corps, ses cheveux, sa peau? Ce n’est pas correct et il faut que ça cesse ! Sachez que si vous dites des choses négatives à propos de votre corps, vous donnez également la permission aux autres d’émettre ces jugements. C’est malsain de se regarder dans le miroir et de se trouver laid en apportant notre attention sur les imperfections. C’est encore plus malsain de se comparer aux autres. On ne devrait pas considérer ça normal de se critiquer et de s’insulter, même si on le fait parfois avec humour. Il faut que ça cesse !

 

Je sais que ce n’est peut-être pas facile de s’aimer, mais ça devrait vraiment être notre mission première. Tout le yoga qu’on fait, tous les livres qu’on lit, on devrait les lire pour soi d’abord, pour apprendre à s’aimer et à se connaître. Lorsqu’on connaît notre force et nos valeurs intérieures, le physique n’occupe plus la même importance. D’ailleurs, ce sont des thèmes abordés dans la philosophie du yoga. Un de ces thèmes qui me parle le plus est “Ahimsa”, la non-violence. Je vous invite à pratiquer la non-violence envers vous même en ne critiquant pas votre aspect physique. Ayez plutôt de la gratitude envers ce magnifique véhicule qui vous permet d’aimer, de bouger et d’avancer dans la vie.

 

Je veux lancer un mouvement, je veux que les gens apprennent à s’aimer car il y aura beaucoup moins de méchanceté dans ce monde. Je suis lassée d’entendre des jugements. A-t-on le droit de juger de la couleur de nos cheveux, de la grosseur de nos cuisses ou de nos seins, puis de notre 6 pack abs (ce que les Européens appellent les tablettes de chocolat) pour un moment? Puis peut-on à la place, mettre l’accent sur les valeurs et la bonté des gens? À quel point une personne peut-elle être généreuse, intelligente et passionnée? Il me semble que ça ferait des conversations plus positives, non ?

 

Je vous lance ce défi et j’espère voir le mouvement sur les médias sociaux. Pour la prochaine semaine, reprenez-vous chaque fois que vous dites quelque chose de négatif sur vous ou quelqu’un d’autre. Inspirez votre entourage avec de la gentillesse et partagez sur les média sociaux en affichant une photo de vous avec une description positive de ce que vous vous êtes dit ou avez dit à quelqu’un d’autre. Utilisez le hashtag #jaimemoncorps afin d’inspirer les autres et aussi afin que j’aie la chance de vous lire. Fini le langage négatif, enseignons aux autres qu’il est sain d’être à l’aise avec son corps.

 

Virginie Duval

 

http://lasolutionestenvous.com/jaime-mon-corps/

Rédigé par Les Aventures d'une apprentie médium

Publié dans #Petits exercices pour vivre mieux

Repost 0
Commenter cet article

Anonyme 20/10/2015 12:56

Bonjour, merci pour votre article qui met du baume au coeur dans ce monde de jugement et de critiques insignifiants.
Oui, moi aussi j'aime mon corps tel qu'il est.
Notre corps est un temple sacre que nous devons aimer et cherir avant tout.